Cinémas au Longdoz, le retour

Interpellation au Collège, Conseil communal du 25 janvier 2016.

Monsieur le bourgmestre,

On l’a appris il y a quelques semaines : la construction de nouvelles salles de cinéma dans le quartier du Longdoz revient une nouvelle fois sur la table. Le dossier, qui avait fait l’objet d’une demande de permis fin 2014, avait été rejeté par le fonctionnaire délégué, notamment au motif de l’absence d’une étude d’incidences suffisamment récente.

Si je me réjouis qu’une nouvelle étude d’incidences soit enfin diligentée — c’est bien le moins au vu de l’impact qu’un tel projet aura sur son environnement —, je m’inquiète cependant de voir le projet revu à la hausse depuis sa dernière mouture — on parle désormais de 10 salles au lieu de 6 lors du dernier round — et de la menace qu’il fait à mon sens clairement peser sur le centre-ville, à divers titres.

  • Tout d’abord, l’ouverture de ces dix nouvelles salles risque d’entraîner, de façon directe, la fermeture des salles commerciales encore présentes au centre-ville, mais aussi l’affaiblissement du projet culturel des Grignoux, dont il me semble important de rappeler qu’il a été réalisé notamment grâce au soutien de la Ville.
  • Mais aussi et surtout, là où la présence de salles de cinéma joue un rôle de dynamisation et d’animation du centre-ville, en drainant des chalands dans les rues piétonnes, la forme du projet présenté dans le Longdoz — un cinéma posé sur un parking souterrain lui-même connecté à un axe routier important — contribuera au contraire à défaire la ville. Je veux dire : à accroître la pression automobile sur les quartiers riverains, à vider les espaces publics.

Je suggère dès lors au Collège de prendre une initiative dans ce dossier.

  • Afin d’envisager avec le promoteur une autre affectation pour le terrain concerné.
  • Afin, s’il estime que le projet doit être réalisé en dépit des réserves qui le concernent, de trouver une meilleure implantation, susceptible de jouer un rôle au service du quartier dans lequel il s’implantera, c’est-à-dire en bordure d’un espace public.

Je vous remercie pour les réponses que vous voudrez bien me donner.

François Schreuer
Conseiller communal

Publié par

François Schreuer

Conseiller communal (VEGA) de la Ville de Liège.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *