Réaction à l’accord intervenu au gouvernement wallon sur le tram

Nous apprenons que le gouvernement wallon a trouvé un accord, ce 24 février, visant à intégrer le montant de l’investissement relatif au tramway liégeois dans le périmètre de la dette régionale.

Cette décision est la démonstration que :

a) Le financement public que VEGA a réclamé avec constance était bel et bien possible, contrairement à ce qui a été régulièrement affirmé dans les sphères du pouvoir régional.

b) Le choix du Partenariat public privé — a fortiori celui d’aller jusqu’à un DBFM, au seul motif, rappelons-le, que cela devait permettre la débudgétisation — était une erreur qui coûtera plusieurs centaines de millions d’euros au contribuable wallon, ainsi que j’ai eu l’occasion de le montrer lors d’une récente conférence de presse.

c) Le pouvoir régional sera resté sourd, de bout en bout du processus, aux propositions d’amélioration du projet, alors même qu’on sait que le tracé retenu posera problème en plusieurs points, en particulier en ce qui concerne l’intermodalité avec le rail et la possibilité d’étendre le réseau à l’avenir. Les décisions les plus importantes, dans ce dossier, auront été pris dans l’extrême précipitation de «Liège 2017». Liège a besoin du tram, sans aucun doute. Elle aurait pu, avec un peu de dialogue, avoir un tram très nettement mieux adapté à ses besoins que celui qui va être construit.

À présent que la décision est acquise, j’appelle toutes les forces vives liégeoises à se battre pour ne pas en rester à cette première ligne de tram, mais pour aller vers un réseau structurant d’ensemble à l’échelle de l’agglomération. Dans cette perspective, il s’agira en particulier de faire avancer le dossier du Réseau express liégeois (REL) et de mettre en route la construction de la seconde ligne du tram — la «Transurbaine», entre Ans et Chênée —, ce qui impliquera — et le plus tôt sera le mieux — une modification du projet actuel au niveau de la rue Léopold, afin de permettre le passage du tram par le Pont des Arches.

Les grands enjeux touchant aux intercommunales doivent pouvoir être débattus par le Conseil communal

Interpellation au Collège communal, Conseil du 22 février 2016

Monsieur le bourgmestre,

L’usage est établi au sein du Conseil communal : les questions touchant à la gestion des matières relevant des intercommunales ne sont pas abordées par le Conseil, et sont renvoyées aux organes de gestion de ces structures.

Cet usage a pour conséquence que certaines questions essentielles quant au fonctionnement de notre service public ne sont jamais débattues publiquement dans le cadre des institutions publiques. Continuer la lecture de Les grands enjeux touchant aux intercommunales doivent pouvoir être débattus par le Conseil communal

Liégeois, Liégeoises, la pollution vous tue à petit feu

Il n’est définitivement plus possible de se cacher la tête dans le sable : la pollution de l’air provoque une hécatombe parmi nous. La dernière publication du « Environmental Performance Index », émanant notamment des universités de Yale et de Columbia, pointe le fait que la Belgique est le pays européen qui connait la plus forte pollution de l’air après le Monténégro. Et Liège, particulièrement en fond de vallée, est l’une des villes les plus polluées du pays. Alors qu’elles sont 2,5 fois moins sévères que les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les normes européennes y sont en effet dépassées plusieurs dizaines de jours par an, en moyenne. Continuer la lecture de Liégeois, Liégeoises, la pollution vous tue à petit feu

Le tram comme boîte de Pandore ?

Le Conseil communal du 25 janvier 2016 s’est ouvert par un « débat » (comprenez : une intervention du Collège et une intervention de chaque chef de groupe) sur le dossier du tram. Je reproduis ici mon intervention à cette occasion, dans sa version complète (que j’ai dû un peu abréger à l’oral, faute de temps).

Il me semble important, avant toute chose, de rappeler qu’il y a bel et bien une compétence communale sur ce dossier, quoique d’aucuns puissent en dire. Le présent débat ne saurait être seulement l’aimable répétition du débat prévu mercredi au parlement régional. Parce que le tram, je le dis une fois encore, n’est pas uniquement un projet de mobilité, c’est un projet urbain, dont les conséquences seront multiples sur la vie quotidienne des Liégeoises et des Liégeois. Le tram, c’est un projet qui concerne l’espace public, l’économie, le commerce. C’est un projet qui aura des impacts sur le logement. C’est un projet qui modifiera profondément la manière de vivre dans la ville. Continuer la lecture de Le tram comme boîte de Pandore ?