À quand la fin de la montée par l’avant dans les bus aux heures de pointe ?

Monsieur le bourgmestre,

Pendant que le dossier du tram patine et patine encore, pour des raisons que je ne commenterai pas ici, les usagers des bus s’agglutinent, toujours plus nombreux, dans des véhicules qui ne suffisent très manifestement plus, sur les principales lignes du réseau urbain, à assurer un service correct pendant les heures de pointe.

Avec le retour de la chaleur, cette situation prend d’ailleurs un tour plus pénible encore qu’à l’ordinaire.

De toute évidence, à Liège, le bus est et reste le moyen de transport des usagers qui n’ont pas d’autre solution pour se déplacer. Je n’ai pas besoin de décrire ici le caractère hautement regrettable de cette situation : avec un service de transport public plus confortable et plus fiable, la pression automobile sur la ville serait moindre, à n’en pas douter ; l’attractivité du centre meilleure ; la qualité de vie des habitants plus élevée. Et tout cela nous ferait entrer dans un cercle vertueux. On en est loin.

Parmi les éléments notoires d’inconfort dans le réseau du TEC, la montée obligatoire par l’avant des bus n’est certainement pas le moindre que l’on puisse relever. Cette obligation fait perdre un temps considérable à tous les usagers, elle ralentit significativement le trafic des bus, aggravant le phénomène d’engorgement des principaux sites propres du réseau — en particulier celui qui relie les Guillemins à la place Saint-Lambert. Ça dégrade fortement la qualité du service. Et ça coûte cher.

Certes, cette obligation de monter par l’avant dans les bus a eu, depuis son instauration il y a quelques années, certains effets positifs, notamment en réduisant le nombre des incivilités qu’il faut parfois déplorer, principalement en soirée. Cet argument semble cependant d’une portée très relative dans un bus bondé à l’heure de pointe.

Par égard pour les usagers du bus, en reconnaissance des avanies qu’ils endurent au quotidien dans leurs déplacements, je souhaiterais que la Ville de Liège se positionne sur cette question, en adressant au TEC une demande de suspendre ce dispositif au moins pendant les heures de pointe et sur les lignes les plus fréquentées du réseau.

Le gain de confort, mais aussi de fluidité du trafic des bus, qui sera obtenu — sans parler des moyens que cela permettrait de dégager pour améliorer le service —, me semble largement justifier une telle prise de position.

En l’attente de vous lire, je vous prie de recevoir, Monsieur le bourgmestre, mes salutations respectueuses.

François Schreuer
Conseiller communal de la Ville de Liège

Publié par

François Schreuer

Conseiller communal (VEGA) de la Ville de Liège.

2 réflexions au sujet de « À quand la fin de la montée par l’avant dans les bus aux heures de pointe ? »

  1. D’autant que si la montée par l’avant se justifiait pour que le conducteur vérifie de visu les abonnements des passagers, l’installation des bornes automatiques qui a été mise en place depuis un an pourraient permettre aux abonnés de valider leurs trajets en montant par l’arrière… Comme c’est le cas dans les transports en commun bruxellois, par exemple

  2. Bonjour,
    Je reviens de Bordeaux.
    Le bus de l’aéroport au centre ville (+/- 50 minutes de trajet) coûte … 1,50€. Et ce n’est pas une ligne dédiée à l’aéroport mais bien une ligne urbaine.
    J’ai été impressionné par l’affichage numérique sur écran dans les bus qui vous indique les prochains arrêts, le temps estimé avant de les atteindre, le nombre de vélos en location disponibles, etc.
    La TEC a encore un sacré potentiel pour améliorer la qualité de ses services.

    Quant au tram, d’une grande efficacité il est, puisqu’il a priorité sur les autres usagers, notamment avec les feux de circulation toujours vert à son passage.

    As-tu lu cet article?
    https://blogs.letemps.ch/ola-soederstroem/

    Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *