Pour une expérience pilote d’utilisation de la traction chevaline dans les services communaux

Interpellation au Collège communal, Conseil du 27 juin 2016

Monsieur le bourgmestre,

Le cheval de trait ardennais fait partie du patrimoine vivant de notre région. Ses remarquables qualités sont appréciées dans de nombreux pays du monde et le savoir-faire wallon lié à cette tradition très ancienne est mondialement reconnu.

De nombreux arguments plaident pour que le cheval soit réintroduit dans les services des villes et communes. Il trouve par exemple remarquablement bien à s’employer dans l’entretien des espaces publics et des espaces verts, mais aussi dans la collecte des poubelles publiques voire le déplacement de publics scolaires ou pour bien d’autres usages encore. De plus en plus nombreuses sont les municipalités belges et européennes à faire appel au cheval de trait, y compris dans des milieux urbains denses, comme à Schaerbeek.

On pourrait également envisager d’utiliser le cheval dans la construction d’une solution de logistique urbaine (peut-être en lien avec le téléphérique ?), pour la desserte des commerces, dont la Ville de Liège a grand besoin, pour réduire le nombre de camions qui entrent dans la ville.

Le cheval remplace avantageusement les véhicules motorisés, en particulier lorsque ceux-ci sont amenés à faire de fréquents arrêts — et laissent donc leurs moteurs tourner en permanence, ou doivent redémarrer celui-ci très fréquemment, ce qui devrait pouvoir être évité pour lutter contre la pollution de l’air.

À partir d’un certain nombre d’animaux (on évoque une vingtaine d’entre eux), les retours émanant de ces municipalités que l’on peut lire dans les publications spécialisées font état d’économies non négligeables sur la dépense publique.

Mais les atouts du cheval de trait ne limitent pas à cela : il pacifie, par sa seule présence, les espaces publics et la circulation urbaine, il contribue à façonner une excellente image de la ville pour ses habitants comme pour ses visiteurs, il participe à la construction de notre indépendance vis-à-vis des énergies fossiles, il soutient un tissus économique régional et génère donc des emplois locaux, dans l’élevage, les soins vétérinaires, la maréchalerie, la formation, etc.

Considérant ces multiples atouts, je souhaiterais proposer, une nouvelle fois, au Collège de mettre en place une expérience pilote d’utilisation du cheval ardennais dans les services communaux.

Je vous ai transmis une note détaillant la forme que pourrait prendre cette expérience pilote.

Je vous remercie pour la réponse que vous voudrez bien me faire.

François Schreuer
Conseiller communal

Publié par

François Schreuer

Conseiller communal (VEGA) de la Ville de Liège.

Une réflexion au sujet de « Pour une expérience pilote d’utilisation de la traction chevaline dans les services communaux »

  1. Bonjour,

    Nous ne nous connaissons pas, mais je suis de Vielsalm et j’ai vu votre lien sur le réseau social Facebook qui a malgré tout de bon coté en faisant le tri ,puisque c’est grâce a lui que je trouve des initiatives très intéressantes comme vos idées de demander à ce que Le cheval de trait remplace les véhicules motorisés et, comme vous le dites si bien, Le cheval de trait ardennais fait bien partie du patrimoine vivant de notre région. Bonne chance a vous et bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *