Quand la Ville va-t-elle rebâtir la dent creuse à l’angle de la rue Paradis et de la place des Guillemins ?

Question écrite au Collège communal, lundi 21 février 2016.

Monsieur le bourgmestre,

En février 2009, le Conseil communal a voté un plan d’expropriation de quatre immeubles situés au coin de la place des Guillemins et de la rue Paradis. Ces expropriations visaient à faciliter l’aménagement de la nouvelle place des Guillemins. Des engagements ont été pris, à l’époque, de rebâtir la parcelle rapidement — en rognant le coin, désormais dévolu à l’espace public — de façon à éviter de laisser une dent creuse face à la gare.

Les années ont passé et force est de constater que rien n’a évolué sur le site depuis la démolition des quatre immeubles concernés, sinon l’apparition d’autant de panneaux publicitaires et de deux aubettes TEC (je joins une photographie à la présente, prise ce samedi 19 novembre). En sorte que les lieux présentent un aspect particulièrement peu avenant. En outre, l’histoire de l’urbanisme nous montre que les îlots urbains ont tendance à «pourrir» par les coins. Démolir le coin d’un îlot, c’est fragiliser l’ensemble.

Dès lors, Monsieur le bourgmestre, pouvez-vous :

a) Me confirmer que le terrain est toujours propriété communale ?

b) M’indiquer les actions qui ont été entreprises par votre Collège pour veiller à rebâtir ce terrain, conformément aux engagements pris devant les Liégeoises et les Liégeois ?

c) Me faire connaître le délai dans lequel vous pensez être en mesure de mettre un terme au maintien de la situation présente, qui n’a que trop duré ?

Je vous remercie pour les réponses que vous voudrez bien m’apporter.

François Schreuer
Conseiller communal

Publié par

François Schreuer

Conseiller communal (VEGA) de la Ville de Liège.

2 réflexions au sujet de « Quand la Ville va-t-elle rebâtir la dent creuse à l’angle de la rue Paradis et de la place des Guillemins ? »

  1. Question évidemment pertinente même si, quand bien même il ne faudrait pas rembourser le Feder, ce serait une absurdité de devoir détruire ce qui vient à peine d’être construit.

    As-tu obtenu une réponse du bourgmestre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *