Question écrite : Arne Quinze & Hôtel de Bocholtz

Monsieur le bourgmestre,

En janvier dernier, je vous ai adressé une question écrite — à laquelle vous n’avez pas encore répondu — relative à la présence d’un chapiteau permanent implanté devant l’hôtel de Bocholtz, édifice classé situé place Saint-Michel.

L’implantation, il y a quelques semaines, d’une sculpture monumentale devant ledit bâtiment m’amène à vous poser une seconde et double question à son endroit. Continuer la lecture de Question écrite : Arne Quinze & Hôtel de Bocholtz

Quelle place pour l’art public et le design dans le projet de tram ?

tram_et_art_publicLors du Conseil communal du 28 janvier 2013, j’ai posé au Collège la question orale suivante. Je mentionnerai la réponse reçue dès que me parviendra le compte-rendu analytique.

Ce vendredi 25 janvier, la Ville de Liège et l’ULg ont organisé une journée d’étude sur la question de l’art public dans le cadre du projet de tram. D’intéressantes réflexions ont été présentées, de même que des exemples étrangers inspirants, notamment celui de la Ville de Tours, qui a permis, dès le début de la conception de son tramway, à une équipe pluridisciplinaire composée de plasticiens, scénographes, musiciens et autres designers, de s’emparer de ce nouvel objet urbain.

Les enjeux de sont pas négligeables : enrichissement de l’identité de la ville, opportunité pour des artistes de trouver un espace d’expression au coeur de la cité, confort et plaisir des usagers, appropriation symbolique par les habitants de la ville,…

Je me demande cependant quel sens il y a à ouvrir maintenant une réflexion sur l’intégration d’oeuvres d’art sur le tracé du tram alors même son « comité exécutif », dans lequel la Ville de Liège est représentée, a approuvé une semaine plus tôt le design des stations – et six mois avant celui des rames –, selon une méthode qui est manifestement à l’opposé des bonnes pratiques qui ont été présentées lors de la journée d’étude de ce vendredi.

A fortiori, comment aborder la question de l’art public alors que la seule intégration urbaine du tram semble déjà fort peu présente dans les préoccupations affichées par le maître d’ouvrage du projet, à savoir la Société régionale wallonne des transports ? Il est sans doute nécessaire de rappeler que la récente extension du métro de Charleroi – la seule référence de la SRWT en matière de tramway – est loin de briller par la réussite de son intégration urbanistique.

Si nous voulons que le tramway de Liège ne se limite pas à être un projet de transport mais devienne un réel projet urbain, intégrant les multiples facettes que cet outil permet de réunir, pour le plus grand bénéfice de la qualité de vie des urbains, ne serait-il pas temps que la Ville fasse montre de quelques exigences vis-à-vis de la Région et de la SRWT ?