Autopartage et stationnement riverain

Interpellation au Collège communal – Conseil communal du 23 janvier 2017

Monsieur le bourgmestre,

Nous sommes nombreux à le constater : l’usage excessif de la voiture individuelle porte gravement atteinte à la qualité de vie des habitants de la ville, en monopolisant l’espace public, en polluant l’air, en représentant un danger omniprésent pour les usagers dits « faibles », etc. Il est vital pour notre agglomération d’aller, sans plus tergiverser, vers une répartition plus équilibrée des modes de déplacement.

Dans un contexte où le territoire a été majoritairement organisé, depuis plusieurs décennies, en fonction de la mobilité automobile, la voiture individuelle reste cependant utile voire nécessaire pour bon nombre de foyers. Et l’on sait qu’une fois la voiture achetée — une dépense de tout premier plan, dans le budget des ménages —, il est tentant et même, dans certains cas, économiquement rationnel, de privilégier ce mode de déplacement, le coût individuel marginal de chaque petit déplacement étant perçu comme plus faible que celui des alternatives (souvent, bien sûr, moyennant un coût collectif très élevé).

Pour répondre à ce problème, pour permettre aux Liégeois qui en ont besoin de continuer à disposer d’une voiture tout en diversifiant leurs modes de déplacement, l’autopartage constitue sans nul doute une solution intéressante. Il peut prendre une forme institutionnalisée, par exemple avec Cambio, relever d’une société commerciale qui loue des véhicules, mais aussi s’organiser de façon informelle, à très petite échelle — au sein d’une famille ou d’un groupe d’amis, par exemple.

Pratiquement, l’autopartage se heurte cependant à différents obstacles, notamment dans l’usage du stationnement riverain. Si le règlement de la Ville permet en effet à chaque ménage d’obtenir jusqu’à trois (3 !) cartes de riverain, il ne permet pas à deux, trois ou quatre ménages partageant une voiture de garer celle-ci devant chez chacun d’entre eux. Cette situation doit, me semble-t-il, évoluer. Comme je redoute que vous objectiez du manque de faisabilité technique ou des risques de fraude, je signale que l’existence d’un contrat d’assurance établi au nom de plusieurs conducteurs, par exemple, permettrait d’attester du caractère partagé d’un véhicule.

Au-delà de cette mesure très simple, j’aimerais également suggérer que l’on réoriente globalement la politique de stationnement dans le but de promouvoir l’autopartage, en rendant plus facile ou moins coûteux le stationnement d’une voiture partagée. Il me semble que cet enjeu devrait être pris en compte dans le cadre du nouveau Plan communal de mobilité — j’en parle cependant ici car aucun espace de concertation n’a encore été ouvert à ce sujet, malgré des demandes récurrentes de la part de VEGA comme d’autres groupes du Conseil.

Je vous remercie, Monsieur le bourgmestre, pour la réponse que vous voudrez bien me faire.

François Schreuer
Conseiller communal

Pour des «thermomètres de la pollution» sur les places publiques liégeoises

Conseil communal du 22 novembre 2016. Interpellation au Collège communal.

Monsieur le bourgmestre,

Les effets de la pollution de l’air sur la santé humaine ne sont plus à démontrer. Des rapports alarmants sur le sujet, issus d’autorités scientifiques et internationales incontestables — comme l’Organisation mondiale de la santé, l’Agence européenne de l’environnement ou le «Environmental Performance Index» des universités de Yale et de Columbia —, se sont multipliés. Selon ces sources, 12.000 morts annuels seraient à déplorer en Belgique du fait de la pollution de l’air, principalement situés dans les grandes villes — à quoi il faut un ajouter un impact négatif global sur la santé de toutes et tous, des maladies chroniques liées à cette nuisance, etc. Continuer la lecture de Pour des «thermomètres de la pollution» sur les places publiques liégeoises

Interpellation : politique d’acquisition des œuvres d’art

Monsieur le bourgmestre,

L’inauguration récente du nouveau musée de la Boverie mais aussi l’installation consécutive des réserves dans un espace — le Saint-Georges — offrant enfin des conditions correctes de conservation sont l’occasion pour moi de vous interroger sur la politique de la Ville en matière d’acquisition d’œuvres d’art.

J’ai eu l’occasion de consulter la liste des acquisitions des 10 dernières années. Une impression de pointillisme s’en dégage. La politique qui préside au choix des œuvres acquises, en tout cas, est loin d’être évidente au regard de l’observateur profane que je suis. Continuer la lecture de Interpellation : politique d’acquisition des œuvres d’art

Il faut une maîtrise publique du foncier à Bavière

Interpellation au Collège communal

Conseil communal du 5 septembre 2016

Monsieur le bourgmestre,

Dans une question écrite que je vous ai adressée le 18 avril dernier, je suggérais, au vu du caractère majoritairement public des fonctions envisagées sur le site, qu’une maîtrise foncière publique soit envisagée pour « Bavière ».

Dans la réponse que vous me faites, ce 26 août, vous m’indiquez que « le Collège communal préfère, par principe, détenir la maîtrise foncière plutôt que l’inverse », ce dont je me réjouis, tant il est vrai que la maîtrise foncière publique est, très souvent, un gage sinon une condition de réussite des grandes opérations urbaines mixtes, comme de très nombreux exemples nous le démontrent, en Belgique et à l’étranger. Continuer la lecture de Il faut une maîtrise publique du foncier à Bavière

Pour une expérience pilote d’utilisation de la traction chevaline dans les services communaux

Interpellation au Collège communal, Conseil du 27 juin 2016

Monsieur le bourgmestre,

Le cheval de trait ardennais fait partie du patrimoine vivant de notre région. Ses remarquables qualités sont appréciées dans de nombreux pays du monde et le savoir-faire wallon lié à cette tradition très ancienne est mondialement reconnu.

De nombreux arguments plaident pour que le cheval soit réintroduit dans les services des villes et communes. Il trouve par exemple remarquablement bien à s’employer dans l’entretien des espaces publics et des espaces verts, mais aussi dans la collecte des poubelles publiques voire le déplacement de publics scolaires ou pour bien d’autres usages encore. De plus en plus nombreuses sont les municipalités belges et européennes à faire appel au cheval de trait, y compris dans des milieux urbains denses, comme à Schaerbeek. Continuer la lecture de Pour une expérience pilote d’utilisation de la traction chevaline dans les services communaux

À quand la généralisation du bio dans les cantines communales ?

Interpellation au Collège communal, Conseil du 25 avril 2016.

Monsieur le bourgmestre,
Monsieur l’échevin de l’instruction publique,

Au cours des derniers mois et années, les informations se sont accumulées pour établir les dangers que représentent les pesticides pour la santé humaine.

Malgré le lobbying intensif et les mesures dilatoires que le secteur a multipliés, au mépris de la santé publique, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a ainsi, l’an dernier, classé 5 molécules utilisées en agriculture, dont le très répandu glyphosate, dans la catégorie des « cancérogènes probables ». Continuer la lecture de À quand la généralisation du bio dans les cantines communales ?

Les grands enjeux touchant aux intercommunales doivent pouvoir être débattus par le Conseil communal

Interpellation au Collège communal, Conseil du 22 février 2016

Monsieur le bourgmestre,

L’usage est établi au sein du Conseil communal : les questions touchant à la gestion des matières relevant des intercommunales ne sont pas abordées par le Conseil, et sont renvoyées aux organes de gestion de ces structures.

Cet usage a pour conséquence que certaines questions essentielles quant au fonctionnement de notre service public ne sont jamais débattues publiquement dans le cadre des institutions publiques. Continuer la lecture de Les grands enjeux touchant aux intercommunales doivent pouvoir être débattus par le Conseil communal

Cinémas au Longdoz, le retour

Interpellation au Collège, Conseil communal du 25 janvier 2016.

Monsieur le bourgmestre,

On l’a appris il y a quelques semaines : la construction de nouvelles salles de cinéma dans le quartier du Longdoz revient une nouvelle fois sur la table. Le dossier, qui avait fait l’objet d’une demande de permis fin 2014, avait été rejeté par le fonctionnaire délégué, notamment au motif de l’absence d’une étude d’incidences suffisamment récente.

Si je me réjouis qu’une nouvelle étude d’incidences soit enfin diligentée — c’est bien le moins au vu de l’impact qu’un tel projet aura sur son environnement —, je m’inquiète cependant de voir le projet revu à la hausse depuis sa dernière mouture — on parle désormais de 10 salles au lieu de 6 lors du dernier round — et de la menace qu’il fait à mon sens clairement peser sur le centre-ville, à divers titres. Continuer la lecture de Cinémas au Longdoz, le retour

Quel débat sur le Schéma de développement territorial de l’arrondissement de Liège ?

Interpellation au Collège communal, 9 décembre 2015

Monsieur le bourgmestre,

Le processus, actuellement en cours, de réalisation d’un «Schéma de développement territorial» (SDT) pour l’arrondissement de Liège a été récemment présenté dans le cadre d’une conférence organisée par la faculté des sciences appliquées de l’Université de Liège.

À cette occasion, le public présent a pu mesurer l’importance de ce document qui, s’il n’aura certes pas de caractère contraignant au sens règlementaire ou légal, orientera le développement de notre agglomération dans des domaines aussi sensibles que la mobilité, le logement, le développement économique et bien d’autres. Continuer la lecture de Quel débat sur le Schéma de développement territorial de l’arrondissement de Liège ?

FEDER : quelle ambition urbaine pour le triangle Bavière – Bressoux – Coronmeuse ?

Je reprends ci-dessous l’interpellation que j’adresserai ce mardi 26 mai 2015 au Collège communal.

Monsieur le bourgmestre,

On l’a appris la semaine dernière, la Ville de Liège — ou la Province, en ce qui concerne le dossier de Bavière — a reçu une réponse positive à une grande partie des demandes qu’elle a déposées auprès du Fonds européen de développement régional (FEDER), et notamment pour trois projets majeurs : une bibliothèque à Bavière, de nouvelles halles des foires à Bressoux et un «écoquartier» sur le site de Coronmeuse. Continuer la lecture de FEDER : quelle ambition urbaine pour le triangle Bavière – Bressoux – Coronmeuse ?

Rue Grétry : le Collège aura-t-il le courage de ses ambitions ?

Interpellation au Collège communal.

Monsieur le bourgmestre,

En 2011, lorsqu’ont été définis les itinéraires du plan « Wallonie cyclable », plusieurs mesures fortes avaient été envisagées, qui étaient susceptibles de rééquilibrer, dans certains lieux stratégiques, le partage de l’espace public. Parmi ces mesures, la création d’un espace réservé aux modes doux et au bus dans la rue Grétry — à l’exclusion, donc, des voitures —, devant l’important centre commercial qui se trouve à cet endroit, plus précisément à hauteur de la place Henriette Brenu. Cet aménagement permettrait de réserver la rue Grétry (au moins dans sa portion comprise entre le pont du Longdoz et le carrefour de la rue Natalis) à la desserte locale, aux modes doux et au transport public. Continuer la lecture de Rue Grétry : le Collège aura-t-il le courage de ses ambitions ?

Interpellation : Pour des maisons des services publics

Interpellation au Collège, Conseil communal du 16 décembre 2014

Monsieur le bourgmestre,
Mesdames et Messieurs les échevins,

Personne, probablement, ne doute ici de l’importance que revêt la présence d’un maillage dense de nos quartiers par le service public. Nos services publics jouent en effet un rôle majeur en matière de cohésion sociale, ils garantissent l’accès de chacun d’entre nous à une série de droits fondamentaux.

Pourtant, pour diverses raisons, la présence du service public est en recul.

  • Alors qu’il y avait 35 bureaux de poste à Liège en 2005, il en reste à peine 8 aujourd’hui (Angleur-centre, Bressoux-centre, Jupille-sur-Meuse, Liège-Perron, Liège-Guillemins, Liège-Avroy, Liège-Longdoz et Rocourt-Reine-Astrid) complétés de 28 points-poste (dont certains, cependant, ferment ou sont menacés de fermeture).
  • La SNCB a multiplié les fermetures de guichet ces dernières années et il est craindre – si les économies importantes qui lui sont demandées par le gouvernement fédéral se confirment –, que ce mouvement poursuive, transformant des gares en simples « points d’arrêt non gardés », avec toutes les conséquences délétères que cela entraîne : insécurité, dégradation du service aux usagers, etc.
  • D’autres exemples pourraient être mise en avant.

Continuer la lecture de Interpellation : Pour des maisons des services publics