Le tram comme boîte de Pandore ?

Le Conseil communal du 25 janvier 2016 s’est ouvert par un « débat » (comprenez : une intervention du Collège et une intervention de chaque chef de groupe) sur le dossier du tram. Je reproduis ici mon intervention à cette occasion, dans sa version complète (que j’ai dû un peu abréger à l’oral, faute de temps).

Il me semble important, avant toute chose, de rappeler qu’il y a bel et bien une compétence communale sur ce dossier, quoique d’aucuns puissent en dire. Le présent débat ne saurait être seulement l’aimable répétition du débat prévu mercredi au parlement régional. Parce que le tram, je le dis une fois encore, n’est pas uniquement un projet de mobilité, c’est un projet urbain, dont les conséquences seront multiples sur la vie quotidienne des Liégeoises et des Liégeois. Le tram, c’est un projet qui concerne l’espace public, l’économie, le commerce. C’est un projet qui aura des impacts sur le logement. C’est un projet qui modifiera profondément la manière de vivre dans la ville. Continuer la lecture de Le tram comme boîte de Pandore ?

Tram de Liège : qu’attend-on pour en venir au financement public ?

Eurostat vient donc, une nouvelle fois, de refuser le montage financier du tram de Liège, malgré les amendements apportés par le Gouvernement wallon et l’Institut des comptes nationaux (ICN) : conformément aux normes comptables européennes (SEC 2010), l’utilisation d’un Partenariat public privé (PPP) n’est plus aussi simple qu’auparavant pour débudgétiser l’investissement public.

Face à cette donnée, dans un contexte où Liège a le plus impératif besoin d’une amélioration de son système de transport, la responsabilité politique appelle à la reformulation du projet de construction du tram, pour le rendre viable, autour de trois principes. Continuer la lecture de Tram de Liège : qu’attend-on pour en venir au financement public ?

Remettre Liège-Guillemins sur la carte ferroviaire européenne ?

J’ai donné hier une conférence de presse sur les enjeux relatifs au statut international de la gare de Liège-Guillemins.

À cette occasion, j’ai notamment posé deux questions au sujet de la suspension (fermeture?) du «Thalys wallon» :

  • Pourquoi la dotation spécifique que reçoit la SNCB, au titre de son contrat de gestion, pour assurer la desserte de destinations intérieures par des trains à grande vitesse n’a-t-elle pas été adaptée à la suite de l’interruption du service des deux thalys régionaux ?
  • Pourquoi un même problème technique (compatibilité des systèmes ETCS) justifie-t-il, selon la SNCB, l’interruption du service des thalys à Namur, mais pas à Anvers ?

Par ailleurs, j’ai formulé dix propositions visant à remettre Liège sur la carte européenne des chemins de fer.

Voici le texte complet de cette conférence de presse (pdf).

Update. Voir notamment les échos médias suivants : Philippe Bodeux dans Le Soir, Martial Giot sur la RTBF, Philippe Lawson dans L’Echo, Marc Bechet dans La dernière Heure, Benjamin Hermann dans L’Avenir et Mélanie Geelkens pour Belga.

Interview au Vif

Le Vif publie cette semaine une interview de votre serviteur. Je reprends ici le texte de cet entretien dans la version que j’ai relue (et qui a, semble-t-il, été un peu coupée à la mise en page).

François Schreuer : « Il faut renouer avec le volontarisme d’André Cools »

La plupart des analystes considèrent la logistique comme le principal gisement d’emplois en région liégeoise. C’est une erreur, selon François Schreuer. Pour ce penseur non-aligné, l’espoir réside, encore et toujours, dans le secteur industriel. Aux forces vives, il propose ce défi : la création d’un tram made in Liège.

Entretien : François Brabant

François Schreuer est l’une de ces personnalités atypiques dont regorge la Cité ardente. Agitateur d’idées non-aligné, adepte de positions aussi originales que tranchées, il exaspère régulièrement les gestionnaires publics, mais ceux-ci l’écoutent néanmoins avec attention. S’il s’exprime ici en tant que conseiller communal à Liège du petit parti rouge-vert Vega, il compte, déjà, à 33 ans, un riche parcours d’activiste derrière lui. Il a notamment présidé la Fédération des étudiants francophones (FEF) et participé à la fondation d’urbAgora, une association centrée sur les questions d’urbanisme, d’architecture et de mobilité. Continuer la lecture de Interview au Vif